Maisons d écrivains

Tolstoï Léon

Léon Tolstoï – Yasnaïa Poliana

Biographie de Léon Tolstoï.

 

 

2385 Sep

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Si vous voulez être heureux, soyez le ! »

 

Le comte Lev Nikolaïevitch Tolstoï, francisé en Léon Tolstoï, est né le 28 août 1828 du calendrier julien (9 septembre 1828 du calendrier grégorien) à Yasnaïa Poliana en Russie et il est mort le 7 novembre 1910 du calendrier julien (20 novembre 1910 du calendrier grégorien) à Astapovo.

Ses premières publications sont des récits autobiographiques (Enfance et Adolescence) (1852-1856). Ils rapportent comment un enfant, fils de riches propriétaires terriens, réalise lentement ce qui le sépare de ses camarades de jeu paysans. Plus tard, vers 1883, il rejette ces livres comme étant trop sentimentaux, une bonne partie de sa vie y étant révélée et décide de vivre comme un paysan en se débarrassant aussi de ses possessions matérielles héritées, qui étaient pourtant nombreuses, ayant acquis le titre de Comte. Avec le temps, il sera de plus en plus guidé par une existence simple et spirituelle.

Il est frappé dès son enfance par le sentiment de l’absurdité de la vie (à la suite de la mort de son père) et il refuse l’hypocrisie des relations sociales. Le sentiment moral est ce qu’il y a de véritablement divin : toute la morale de Tolstoï est fondée sur ce sentiment. Par ailleurs, Tolstoï rejette l’État et l’Église. Si certains ont pu rapprocher la pensée de Tolstoï d’un nihilisme fondé sur une morale personnelle, d’autres ont fait de l’écrivain russe un penseur important et influent de l’anarchisme chrétien: en effet, sa critique radicale de l’État, ses préoccupations envers les masses opprimées, l’importance de ses réalisations pédagogiques, sa recherche de cohérence sur le plan personnel, en ont fait un penseur proche de l’anarchisme. Par ailleurs, il conçoit l’art véritable comme étranger à la recherche du plaisir purement esthétique : l’art est un moyen de communication des émotions et d’union entre les hommes. Aussi critique-t-il l’art pour l’art, la beauté bourgeoise inaccessible aux gens simples.

Marqué par les conflits comme la Guerre de Crimée (1853-1856) durant laquelle il a été mobilisé, relatée dans « Récits de Sébastopol », ou les conflits passés telles les Guerres Napoléoniennes, qui constituent la trame d’une de ses œuvres majeures: « Guerre et Paix », Tolstoï entame à partir des années 1870 une sorte d’introspection, en forme de quête spirituelle. En 1879, Tolstoï se convertit au christianisme qu’il évoque dans « Ma confession » et « Ma religion », mais il est très critique par rapport à l’église orthodoxe russe : son christianisme reste empreint de rationalisme, la religion étant toujours chez lui un sujet de violents débats internes, ce qui l’amènera à concevoir un christianisme détaché du matérialisme et surtout non-violent. Sa critique des institutions oppressives et sources de violence inspirera le Mahatma Gandhi, ainsi que Romain Rolland. Leur message sera ensuite repris par Martin Luther King, Steve Biko, Aung San Suu Kyi, Nelson Mandela et bien d’autres. Gandhi traduira l’œuvre de Tolstoï « Lettre à un Hindou » en 1908, où l’écrivain russe dénonce des actes de violence de nationalistes indiens en Afrique du Sud, ceci amènera Gandhi et Tolstoï à communiquer jusqu’à la mort de Tolstoï. De même, Rolland publiera peu après le décès de Tolstoï sa biographie: « Vie de Tolstoï ». On constate là des liens subtils entre diverses personnalités imprégnées d’idées progressistes et humanistes qui en inspirent d’autres et qui ne font qu’améliorer le sort du monde.

De son côté, l’église orthodoxe va excommunier Tolstoï après la publication de son œuvre « Résurrection ».

À la fin de sa vie, Tolstoï part en vagabond, attrape froid et meurt d’une pneumonie dans la solitude, à la gare d’Astapovo, loin de sa propriété de Iasnaïa Poliana et de sa famille, y compris de sa femme Sophie Behrs qu’il refusera de voir. Pourtant ils s’autorisaient chacun à lire le journal intime de l’autre et ont eu treize enfants ensemble (cinq meurent en bas âge), mais Sophie était aussi celle qui dirigeait le domaine, donc assez autoritaire.

Tolstoï fut aussi inspiré au cours de sa vie par d’autres figures majeures de la non-violence telles le philosophe américain Henry David Thoreau et le prophète baha’i, Baha’u’llah.

 

Yasnaïa Poliana sa maison.

 

324
Yasnaïa Poliana (la clairière lumineuse) à 200 km de Moscou est un vaste et riche domaine de 380 ha, que Léon Tolstoï avait hérité de sa famille maternelle, les Volkonski. C’est ici qu’il naquit le 28 août 1828, et c’est ici qu’il est enterré, parmi les arbres centenaires, dans le coin du parc où la légende familiale voulait que fût enfouie « la baguette verte » capable de libérer l’humanité de la violence et de la souffrance. C’est dans ce lieu que se déroulent son enfance et son adolescence.

Après la révolution de 1917, les paysans de Yasnaïa Poliana décidèrent que le domaine resterait à la disposition de Sophie Tolstoï, la veuve de l’écrivain. A la mort de celle-ci, en 1921, la propriété devint musée. Yasnaïa Poliana occupée par les Allemands pendant 45 jours en 1941, eut à subir de sérieux dégâts. Les restaurations successives en 1948 et 1978 ont redonné au domaine et à la vieille maison, leur aspect d’avant guerre et les meubles et les manuscrits qui avaient été évacués ont repris leur place. La visite comprend celle de la maison de famille et celle du musée littéraire aménagé dans l’ancienne école de Tolstoï.

L’entrée du domaine est gardée par deux tours rondes, entre lesquelles s’ouvre une allée rectiligne :  la perspective.

La maison date du début du 19ème siècle. Elle est d’une simplicité et d’une intimité qui impressionnent, si l’on songe au luxe dont s’entouraient habituellement des aristocrates moins fortunés que les comtes Tolstoï.

Cela explique, si l’on se rappelle que ce bâtiment n’est qu’une aile de l’ancien château que Tolstoï tenait de son grand père maternel, le Prince Nicolas Volkonski, prototype du vieux Prince Bolkonski de « Guerre et Paix ». Ce château, en bois, construit en 1763 dans le style classique de la fin du 18ème siècle, comprenait un bâtiment central à portique et à fronton (c’est dans ce bâtiment que Tolstoï est né), prolongé vers le nord et vers le sud, par deux ailes symétriques et d’aspect semblable.

En 1854, la construction principale, fut vendue pour payer une dette de jeu (une pierre des anciennes fondations en parque l’emplacement), l’acquéreur la fit démonter et reconstruire à une trentaine de kilomètres de là, au village de Dolgoie. Tolstoï s’établit dès lors dans l’aile nord qui fut agrandie et modifiée pour loger sa famille, tandis que l’aile sud, où l’écrivain installa son Ecole Musée Littéraire, conservait son aspect primitif.

Plusieurs dizaines de personnes vivaient en permanence dans cette vaste demeure où régnait un aimable désordre en même temps qu’un style de vie rigoureux. Les objets familiers et les meubles étaient à leur place et même si celle-ci ne paraissait pas logique, elle était immuable comme les habitudes, les gestes répétés jour après jour. Le visiteur, familier de « Guerre et Paix » ou d »Anna Karénine », retrouve ici nombre d’objets décrits dans ces ouvrages.

Il y avait la chambre du docteur, en effet pendant plus de 10 ans un médecin fut attaché à la famille. Le dernier fut le docteur Makovjtski qui ne parvint pas à empêcher Tolstoï de quitter sa famille et son existence et de partir dans la neige, la nuit du 28 octobre 1910. Tolstoï voulait mettre son mode de vie en accord avec sa philosophie, s’entretenir avec les moines du monastère Optina Poustyn et peut être rejoindre une communauté, mais il mourut d’une congestion pulmonaire dans la gare d’Astapovo qui porte aujourd’hui son nom.

La chambre voûtée au rez-de-chaussée fut pendant des années le cabinet de travail de Tolstoï. Il y écrivit « La Sonate à Kreutzer ». Il existe un tableau de Repoine représentant Tolstoï dans le cabinet voûté datant de 1891.

La plus grande pièce de la maison était dénommée « La Salle » au premier étage. Les Tolstoï y recevaient leurs amis, l’écrivain jouait aux échecs, les enfants s’amusaient dans un coin. Les meubles sont pour la plupart en acajou et datent du 19ème siècle.

Le salon était surtout réservé à Sophie et Léon Tosltoï. Sur le petit bureau en acajou, qui se trouve aujourd’hui au musée Tolstoï à Moscou et qui est ici remplacé par une table plus simple, Sophie a recopié de sa main des milliers de pages manuscrites de son mari.

Le cabinet de travail attenant était celui de Tolstoï. Nombre de ces récits ont été écrits ici, des contes, des nouvelles, et tous les objets que l’on peut voir dans cette pièce sont ceux dont il s’est servi toute sa vie. Sans doute, celui dont il était le plus fier est le presse papier en verre de couleur vert foncé qui lui avait été offert par les ouvriers de la verrerie de Maltsov après son excommunication par le Saint Synode. L’inscription surtout lui allait droit au coeur ;

« Très Honoré Léon Nikolaïevitch vous avez partagé le sort des nombreux grands hommes qui étaient en avance sur leur siècle. Jadis, on les brûlait sur les bûchers ou on les laissait pourrir dans des cachots. Les pharisiens et les grands prêtres peuvent vous exclure comme bon leur semble et comme ils veulent, le peuple russe sera toujours fier de son grand frère, cher et très aimé Tolstoï »

Derrière la table, on trouvera le divan de cuir qui est mentionné dans « Guerre et Paix » et « Anna Karenine ». Ce divan, sur lequel des générations de Tolstoï ont vu le jour, lui venait de son père.

La chambre à coucher, où pendant près de 50 ans Tolstoï dormit. C’est ici qu’il connut des doutes métaphysiques, politiques, sociaux, familiaux, sentimentaux et qu’il prit la décision de tout quitter, la vie civilisée qui lui pesait, le domaine, les honneurs, les jalousies, mais surtout le dévouement passionné, possessif, adorateur, acrimonieux, jaloux de Sophie.

A côté se trouve la chambre de la comtesse Sophie, à la mode du 19ème siècle, encombrée d’icônes, de peluches et de meubles. C’est dans cette pièce qu’elle rédigea jour après jour le Journal de sa Vie, qui est une chronique touchante et pitoyable de son mariage, qui fut publié après sa mort par le gouvernement.

La Bibliothèque renferme des milliers de livres (au moins 28 armoires réparties dans toute la maison), hérités de son grand père et de son père, donnés et dédicacés par les amis, Rolland, Shaw, Gandhi, Barbusse, et d’autres achetés au fil des années et des voyages. Tolstoï parlait et écrivait plusieurs langues, le français avec une prédilection évidente, mais aussi l’allemand et l’anglais. Il était toujours en train d’apprendre une autre langue, tantôt le grec, le polonais, l’hébreu, l’italien, le hollandais ou le tatar.

Le secrétariat : Tolstoï appelait en plaisantant ses pièces sa « Chancellerie » qui réunissait les collaborateurs et secrétaires chargés de trier l’énorme courrier. Les archives de Tolstoï contiennent environ 50.000 lettres et sa correspondance remplit 30 volumes.

Le Musée Littéraire occupe une partie de l’aile sud de l’ancien château, dans laquelle Tolstoï avait installé une école pour les enfants de ses paysans. C’était une école dont la pédagogie était très en avance sur son temps et l’enseignement se prolongeait au delà de la salle de classe, le maître emmenait ses élèves en promenade, allait chez eux et saisissait toutes les occasions pour éveiller leur esprit. Inutile de dire que cette école inquiétait le gouvernement. Les visites de police répétées obligèrent Tolstoï à fermer son établissement. Il recommença l’expérience plusieurs années après et l’entreprise fût de nouveau arrêtée.

Le parc est composé de belles futaies et de clairières, il s’étend jusqu’à la petite rivière Voronka. On peut y voir le banc de Tolstoï en branches de bouleau. La partie centrale du parc porte le nom de Stary zakaz (le vieux bois) c’est là que Tolstoï a choisi sa sépulture.

La comtesse Sophie et plusieurs membres de la famille reposent dans le cimetière de l’église Saint Nicolas de Kotchaki, à quelques kilomètres au sud du village de Yasnaïa Poliana.

 

 308

314

303

313

306

307

316

304

305

309

310

319

312

311

318

323

320

322

321

331

327

328

329

330

332

333

334

335

336

337

338

339

340

341

342

343

344

345

346

347

348

349

350

351

Merci au Musée Léon Tolstoï de Yasnaïa Poliana

Procurez vous des ouvrages de Léon Tolstoï

 

 

LOCALISATION DE LA MAISON :