Maisons d écrivains

Benoit Pierre

Pierre Benoit – La Pelouse

Biographie de Pierre Benoit.

 

« Que ce soit la joie ou la peine, l’une comme l’autre te viendront toujours du côté où tu les attendras le moins ».

 

Pierre_BenoitFils d’un officier de carrière, Pierre Benoit est né à Albi, le 16 juillet 1886, où son père est alors en garnison. Il accompagne ensuite son père, affecté à partir de 1887 en Afrique du Nord (Tunisie puis Algérie.) En 1907, après avoir accompli son service militaire (en Algérie toujours), il se rend à Montpellier, où il prépare une double licence de lettres et de droit, puis à Sceaux, où il devient maître d’internat. C’est à cette époque qu’il découvre, en assistant à leurs conférences, Charles Maurras et Maurice Barrès, qui deviennent, et resteront, ses maîtres à penser.

En 1910, Pierre Benoit est reçu au concours du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. Il publie à la même époque ses premiers poèmes, pour lesquels il obtient un prix de la Société des gens de lettres. Il sera en revanche moins heureux avec la publication du recueil « Diadumène » (1914) : en dix ans, il ne s’en écoulera, dit-on, que cinq exemplaires, vendus à un acheteur unique, le mécène André Germain, directeur de la revue poétique Le Double Bouquet.

Mobilisé au début de la Première Guerre mondiale, Benoit tombe gravement malade après la bataille de Charleroi : il passe plusieurs mois à l’hôpital, puis est démobilisé. Cette expérience du front aura toutefois été suffisamment traumatisante pour transformer en pacifiste convaincu le jeune homme qui, dans une lettre qu’il envoyait à sa mère en 1914, lui confiait son enthousiasme à l’idée de participer à une « guerre sainte ».

Il retrouve après l’armistice ses compagnons d’avant-guerre : Francis Carco, Roland Dorgelès et Pierre Mac Orlan, avec lesquels il fonde une association : « Le Bassin de Radoub »  qui se propose notamment de récompenser le plus mauvais livre de l’année. Le prix en est, pour l’auteur de l’ouvrage primé, un billet de train pour rejoindre sa terre natale accompagné d’une lettre où il lui est demandé de ne plus jamais en revenir. En 1919, l’ouvrage choisi, à l’unanimité, est une œuvre collective : « le Traité de Versailles ».
Par ailleurs, toujours maurassien et donc proche des cercles politiques qui gravitent autour de L’Action Française, Pierre Benoit apporte la même année son soutien au manifeste « Pour un parti de l’intelligence » de Henri Massis.

À ce moment, Pierre Benoit n’est plus seulement le poète néo-romantique qu’il était avant la guerre : il a fait une entrée remarquée dans le monde des romanciers en vogue, avec « Kœnigsmark » (1918), dont le succès public est considérable, et qui manque de peu l’obtention du Prix Goncourt (il était soutenu par André Suarès et Léon Daudet.) « L’Atlantide », publié l’année suivante, est un succès de librairie plus fulgurant encore. L’écrivain catholique Louis Chaigne analysera en 1936 les raisons de l’engouement du public pour ce roman colonial par la conjoncture historique dans laquelle il a paru : « L’Atlantide est le livre que beaucoup attendaient pour sortir du cauchemar des terribles années vécues dans la boue et sous les obus et pour s’appuyer avec douceur sur des jours plus sereins« . Soutenu activement par Maurice Barrès, le livre de Pierre Benoit reçoit le Grand Prix du roman de l’Académie Française pour 1919.

De 1920 à sa mort, et au rythme d’environ un par an, Pierre Benoit publie une quarantaine de romans aux éditions Albin Michel, s’imposant comme le maître du roman d’aventures, bien qu’il ne dédaigne pas d’aborder d’autres domaines romanesques, comme avec « Mademoiselle de la Ferté », considérée comme son chef-d’œuvre.

Malgré le succès, Pierre Benoit s’ennuie à son poste de bibliothécaire au ministère de l’Instruction publique et multiplie les frasques : c’est ainsi qu’il organise une course de tortues au Palais Royal, puis, en 1922, son faux enlèvement par des membres du Sinn Féin, qui, s’il amuse la presse, scandalise une partie de ses amis conservateurs, qui voyaient déjà d’un mauvais œil ses nombreuses aventures galantes.

C’est donc avec enthousiasme qu’il accepte en 1923 la proposition du quotidien Le Journal de se rendre en Turquie en qualité d’envoyé spécial, qui lui donne l’occasion de délaisser la fonction publique et de se libérer de sa compagne de l’époque (Fernande Leferrer) Traversant l’Anatolie en guerre, il va interviewer Mustafa Kémal à Ankara. Il se rend ensuite en Palestine et en Syrie, d’où il apprend avec émotion la mort de Barrès.

De 1923 à 1938, puis de 1947 à 1953, Pierre Benoit exerce, parallèlement à ses activités d’écrivain, le métier de grand reporter pour le compte de plusieurs journaux (France-Soir, L’Intransigeant) , qui l’amène à se rendre en Extrême-Orient et en Iran (1926-1927), en Australie, à Tahiti et aux Antilles (1928), en Tunisie (1931), au Liban (1932), dans l’Océan Indien (1933), en Autriche (1938), en Argentine et au Brésil (1950). À l’occasion de certains de ses déplacements, Benoit rencontre et interviewe des personnalités politiques de premier plan : Hailé Sélassié Ier, puis Benito Mussolini en 1935 (il tente en vain de persuader le leader fasciste de ne pas entreprendre d’envahir l’Éthiopie), Hermann Goering en 1938 (l’interview, au cours de laquelle le dignitaire nazi n’évoque que ses œuvres d’art, ne sera pas publiée.) Après la Seconde Guerre mondiale, il rencontre à deux reprises le dictateur portugais António de Oliveira Salazar, à qui il voue une grande admiration.

Ces nombreux voyages nourriront l’œuvre de Pierre Benoit : tous ses romans, à la seule exception du « Lac salé » (qui se déroule aux États-Unis), ont pour cadre des pays qu’il a visités. Les reportages qu’il en tire sont également le moyen de défendre, à chaque fois que l’occasion s’en présente, l’Empire colonial de la France, défense qui prend moins la forme d’une apologie de l’aventure coloniale que celle d’une amitié franco-exotique, et est souvent associée à une solide anglophobie.

Pierre Benoit devient en 1929 président de la Société des gens de lettres, puis il intègre l’Académie Française en 1931. Les années 1930 sont également celles au cours desquelles Pierre Benoit, dont les romans sont adaptés au cinéma depuis le tout début de la décennie précédente (une adaptation de « L’Atlantide » due à Jacques Feyder est tournée dès 1921), s’intéresse de façon plus régulière au septième art, et collabore à la mise en images de ses œuvres : c’est ainsi qu’il écrit les dialogues de « La Châtelaine du Liban » (de Jean Epstein, 1933), et le scénario de « Boissière » (de Fernand Rivers, 1937). Il signe également une adaptation du « Tarass Boulba » de Gogol (réalisé par Alexis Granowsky en 1936), puis au cours de l’Occupation, celles de deux œuvres de Balzac : « Le Colonel Chabert » (René Le Henaff, 1943) et « Vautrin » (Pierre Billon, 1943)

De nombreuses adaptations cinématographiques des romans de Pierre Benoit seront réalisées jusque dans les années 1950, époque à partir de laquelle l’intérêt du public pour l’écrivain académicien commence à faiblir. Plusieurs de celles qui sont réalisées dans les années 1930 sont, conformément aux usages de l’époque, réalisées en deux versions : l’une en français, l’autre en anglais ou en allemand, avec des acteurs différents (à l’exception en règle générale du rôle principal), mais en conservant la même photographie, le même découpage et le même montage : c’est le cas notamment pour « L’Atlantide » de Georg Wilhelm Pabst (1932), dont il existe une version allemande (Die Herrin von Atlantis), avec dans les deux cas Brigitte Helm dans le rôle d’Antinéa, ou encore du « Kœnigsmark » de Maurice Tourneur (1935), tourné également dans une version anglaise.

Enfin, au cours de cette même période, Pierre Benoit n’oublie pas ses convictions maurassiennes et monarchistes : il s’engage en 1936 contre le « Front Populaire », et est de ceux qui œuvrent à faire élire Maurras à l’Académie française (ce qui est chose faite le 9 juin 1938).

Pierre Benoit a toujours entretenu des rapports ambivalents avec l’Allemagne, pays qui le « hante depuis son enfance« . Témoin de l’Anschluss en 1938 (il est alors à Vienne) l’auteur de « Kœnigsmark » espère jusqu’au bout en une entente franco-allemande. La défaite de 1940 est pour lui un choc. Il estime que le régime parlementaire est responsable de la débâcle, mais ne s’investit pas pour autant dans le soutien au régime de Vichy, dont il voit d’un mauvais œil les compromissions avec l’occupant allemand, et malgré la sympathie que l’ancien combattant qu’il est éprouve pour le maréchal Pétain, préférant se retirer sur ses terres du Quercy.

En septembre 1944 il est néanmoins arrêté pour collaboration et est transféré à Fresnes, avant d’être relâché en avril 1945 après six mois passés en prison, lavé de tout soupçon. Il est toutefois interdit de publication pendant deux ans. Jean Paulhan et Louis Aragon entre autres intercèdent en sa faveur et font rayer son nom de la liste noire des écrivains.

D’après l’éditeur José Corti, Aragon aurait lui-même barré le nom de Pierre Benoit des listes d’épuration pour que « L’Atlantide » puisse paraître en feuilleton dans Ce Soir, le quotidien communiste. Pierre Benoit est néanmoins profondément blessé par cette épreuve, lui qui a refusé toute compromission avec le régime de Vichy (notamment le poste de directeur du Théâtre-Français que lui proposait le Ministère de l’Éducation nationale en février 1941) ainsi que la traduction et l’adaptation cinématographique en allemand de ses œuvres.

En 1947, Pierre Benoit,  las des aventures tempétueuses, épouse une jeune femme de la grande bourgeoisie provinciale.

En 1950, Pierre Benoit fête, au Ritz de Paris, la sortie de son nouveau roman, « Agriates », qui le fait renouer avec le succès. Signe qu’il est toujours un auteur prisé du public, lorsque la Librairie générale française lance Le Livre de poche en 1953, c’est « Kœnigsmark » qui est choisi pour inaugurer la nouvelle collection. Quatre ans plus tard, en 1957, Pierre Benoit fête son cinq millionième livre vendu, en même temps que la sortie de son quarantième roman « Montsalvat ». La même année sont publiés les entretiens avec Paul Guimard qu’il a donnés à la radio, sous le titre De Koenigsmark à Montsalvat.

En 1959, Paul Morand ami de longue date de Pierre Benoit, est pressenti pour intégrer l’Académie française. Mais le général De Gaulle, fait unique dans l’histoire de l’Académie Française, oppose son véto à l’élection de cet ancien ambassadeur de Vichy. Outré, Benoit démissionne de l’Académie (démission refusée : en effet, « l’Académie ne reconnaît pas la démission de ses membres, le démissionnaire étant seulement autorisé, s’il le souhaite, à ne plus assister aux séances« ).

Malade depuis des années, Marcelle, la femme de Pierre Benoit, décède le 28 mai 1960. Pierre Benoit est accablé, et ne parvient pas à se remettre de cette disparition : il écrit un roman à sa mémoire, « Les Amours mortes » (1961, le dernier livre qu’il ait achevé), avant de mourir à son tour le 3 mars 1962.

On a souvent relevé comme signe particulier des romans de Pierre Benoit le fait que toutes leurs héroïnes portent un prénom qui commence par un  A. L’intéressé a quant à lui précisé qu’il s’agissait au départ (pour les quatre premiers romans) d’un simple hasard, qu’il s’est ensuite plu à continuer volontairement, afin de montrer à ses détracteurs, qui l’accusaient de manquer d’imagination, que justement il n’en manquait pas. En 43 ans il écrivit 43 romans, s’astreignant par jeu, par principe ou par superstition, à des contraintes, toujours les mêmes : le fameux prénom de l’héroïne commençant par A, mais aussi un roman de 315 pages, une intrigue amoureuse au tiers du récit et une citation de Chateaubriand. Quoi qu’il en soit, dans son œuvre romanesque, Benoit a créé un type nouveau d’héroïne, qui n’existait pas avant lui, et dont on a pu dire qu’il constitue son apport original à la littérature française.

 

La Pelouse sa maison.

 

ScreenHunter_01_Aug


A la fin du dix-neuvième siècle, les Fraisse, négociants à Dax, possédaient à St Paul lès Dax un pavillon sans étage, situé au bout d’une allée de platanes, baptisé précisément les Platanes.


C’est dans cette retraite modeste mais harmonieuse que le fils aîné de Claire-Eugénie Benoit, née Fraisse, vint passer ses vacances lorsqu’il était enfant et adolescent. Il y partageait son temps entre la lecture et la chasse, la famille et l’amitié lyrique avec un jeune poète de Mèes, Emile Despax, future victime de la Grande Guerre.

Devenu adulte, puis riche et célèbre, Pierre Benoit ne cessa de revenir aux Platanes, qui constituaient pour lui un refuge, un havre de paix. Il s’avisa même d’y faire vivre une de ses « petites créatures imaginaires », la belle créole Galswinthe, héroïne de « Mademoiselle de la Ferté ». Dans ce roman, publié en 1923, l’écrivain décrit la propriété sous le nom de la Pelouse – nom qui lui resta, tant il est vrai que, parfois, la fiction déborde sur la réalité.

Ce roman relate l’amitié ambiguë entre deux femmes, Anne de La Ferté et Galswinthe de Saint-Selve. Galswinthe, d’un caractère plutôt insouciant, a épousé Jacques de Saint-Selve, l’homme qui était destiné à Anne qui, du coup, dure et fière, s’est résignée à vivre en célibataire sur ses terres dans les Landes. Veuve et malade, Galswinthe revient vivre dans les Landes ou, étrangement, Anne, se charge de s’occuper d’elle. Curiosité, amitié trouble, ou froide vengeance, plusieurs interprétations de la relation entre les deux femmes sont possibles. Le succès du roman tient à la fois de la description de la vie rurale dans la région de Dax (landes), où Pierre Benoit a ses racines et ses souvenirs d’enfance, et au mystère de la relation entre les deux femmes à une époque où le lecteur cherchait surtout le non-dit dans les romans. Pour les personnages de la famille et les décors, Pierre Benoit s’est largement inspiré de la famille de ses cousins, les Lartigue de Saint-Geours-de-Maremne (Landes). La demeure des Lartigue s’appelait ainsi La Pelouse, nom de la maison de Galswinthe dans le roman.


Sœur cadette de Pierre, Renée Benoit termina ses jours à la Pelouse. De tout temps, elle s’était attachée pieusement à conserver ce que son frère avait laissé traîner au cours de ses multiples séjours dans la maison rose : manuscrits, correspondance, livres dédicacés par les plus prestigieuses signatures, photographies, notes diverses, documentation .


Ces archives, qui sont aussi un précieux témoignage sur l’époque, ont permis de transformer la Pelouse en un musée qui perpétue la mémoire du plus raffiné de nos romanciers populaires.

735

734

733

732

736

737

738

2652764354_fddacb2fe7

2652740272_6e00824847

ScreenHunter_13_Jul

Pierre_20Benoit

DEP_pierre_benoit1

stpaul_bureau

ScreenHunter_14_Jul

ldi1590p_let_benoit

 

 

Pour visionner ce reportage en entier, rendez-vous ici 

Procurez vous des ouvrages de Pierre Benoit

 

LOCALISATION DE LA MAISON :