custom-header

Marcel Proust

Marcel Proust

964 May

 

Les livres de Marcel Proust chez Amazon

 

A la recherche du temps perdu :

 

Du côté de chez Swann – Tome 1

966 May

L’expression roman fleuve devrait, sans connotation péjorative, désigner une œuvre qui prend le temps de charrier mille petites particules d’impression pour les infuser dans l’esprit d’un lecteur captivé. En somme, elle devrait avoir été créée pour désigner La Recherche proustienne, qui s’ouvre Du côté de chez Swann et s’achève une fois Le Temps retrouvé.

Dans le premier tome de ce superbe travail sur la mémoire et la métaphore, œuvre à part entière mais aussi amorce dramatique d’un joyau de la langue française, le narrateur s’aperçoit fortuitement, à l’occasion d’un goûter composé d’une tasse de thé et d’une madeleine désormais célèbre, que les sens ont la faculté de faire ressurgir le souvenir. Grâce aux senteurs d’un buisson d’aubépines, il prend confusément conscience de la distinction entre le souvenir et la réminiscence, pour ensuite s’exercer à manier les mots comme de petits papiers japonais qui, touchés par la grâce de l’eau, se déploient en corolle pour faire place à tout un univers. Tout comme se déploie un roman fleuve à partir de cette toute petite phrase légendaire : « Longtemps, je me suis couché de bonne heure ».

 —> Du Côté de chez Swann chez Amazon en livre de poche

 

 

A l’ombre des jeunes filles en fleurs – Tome 2

967 May

« Tout d’un coup, dans le petit chemin creux, je m’arrêtai touché au cœur par un doux souvenir d’enfance : je venais de reconnaître, aux feuilles découpées et brillantes qui s’avançaient sur le seuil, un buisson d’aubépines défleuries, hélas, depuis la fin du printemps. Autour de moi flottait une atmosphère d’anciens mois de Marie, d’après-midi du dimanche, de croyances, d’erreurs oubliées. J’aurais voulu la saisir. Je m’arrêtai une seconde et Andrée, avec une divination charmante, me laissa causer un instant avec les feuilles de l’arbuste. Je leur demandai des nouvelles des fleurs, ces fleurs de l’aubépine pareilles à de gaies jeunes filles étourdies, coquettes et pieuses. « Ces demoiselles sont parties depuis déjà longtemps », me disaient les feuilles. »

—> A l’ombre des jeunes filles en fleurs chez Amazon en livre de poche

 

Le côté de Guermantes – Tome 3

968 May

« – Monsieur, je vous jure que je n’ai rien dit qui pût vous offenser.- Et qui vous dit que j’en suis offensé, s’écria M. de Charlus avec fureur en se redressant violemment sur la chaise longue où il était resté jusque-là immobile, cependant que, tandis que se crispaient les blêmes serpents écumeux de sa face, sa voix devenait tour à tour aiguë et grave comme une tempête assourdissante et déchaînée… Pensez-vous qu’il soit à votre portée de m’offenser ? Vous ne savez donc pas à qui vous parlez ? Croyez-vous que la salive envenimée de cinq cents petits bonshommes de vos amis, juchés les uns sur les autres, arriverait à baver seulement jusqu’à mes augustes orteils ? »

—> Le Côté de Guermantes chez Amazon en livre de poche

 

 

Sodome et Gomorrhe – Tome 4

969 May

« Quel que fût le point qui pût retenir M. de Charlus et le giletier, leur accord semblait conclu et ces inutiles regards n’être que des préludes rituels, pareils aux fêtes qu’on donne avant un mariage décidé. Plus près de la nature encore – et la multiplicité de ces comparaisons est elle-même d’autant plus naturelle qu’un même homme, si on l’examine pendant quelques minutes, semble successivement un homme, un homme-oiseau ou un homme-insecte, etc. – on eût dit deux oiseaux, le mâle et la femelle, le mâle cherchant à s’avancer, la femelle – Jupien – ne répondant plus par aucun signe à ce manège, mais regardant son nouvel ami sans étonnement, avec une fixité inattentive, jugée sans doute plus troublante et seule utile, du moment que le mâle avait fait les premiers pas, et se contentant de lisser ses plumes. »

—> Sodome et Gomorrhe chez Amazon en livre de poche

 

La Prisonnière – Tome 5

970 May

« Je pouvais mettre ma main dans sa main, sur son épaule, sur sa joue, Albertine continuait de dormir. Je pouvais prendre sa tête, la renverser, la poser contre mes lèvres, entourer mon cou de ses bras, elle continuait à dormir comme une montre qui ne s’arrête pas, comme une bête qui continue de vivre quelque position qu’on lui donne, comme une plante grimpante, un volubilis qui continue de pousser ses branches quelque appui qu’on lui donne. Seul son souffle était modifié par chacun de mes attouchements, comme si elle eût été un instrument dont j’eusse joué et à qui je faisais exécuter des modulations en tirant de l’une, puis de l’autre de ses cordes, des notes différentes. »

—> La Prisonnière chez Amazon en livre de poche

 

Albertine disparue ou la Fugitive – Tome 6

971 May

Albertine disparue est le dernier volume revu et remanié par Proust avant sa mort. Prévu d’abord sous le titre La Fugitive, comme le pendant de La Prisonnière, il présente la fin de l’épisode d’Albertine : sa fuite, sa mort, le chagrin, puis l’oubli. Le huis-clos de La Prisonnière s’achève, non sur l’apaisement, mais sur une multiplication des regrets et des enquêtes posthumes. Un long passage conduit Marcel à Venise, depuis toujours cité de ses désirs, maintenant univers thématique dense où nous retrouvons sa mère, Mme de Villeparisis et M. de Norpois. Il s’y livre à la fois à l’éblouissement esthétique et à de nouvelles poursuites amoureuses.

À la fin de sa vie, Proust songeait à développer ses recherches sur l’homosexualité dans un Sodome et Gomorrhe IV, un Sodome et Gomorrhe V et au-delà, avant d’en arriver au Temps retrouvé. D’où les remaniements profonds – allant jusqu’à l’étonnante suppression des deux tiers du volume – qu’il fit subir à Albertine disparue, sans pouvoir les conduire à leur terme. Nous donnons de cette partie l’édition qui nous paraît la plus plausible, comprenant le texte initialement prévu et faisant apparaître clairement les modifications apportées dans les derniers jours.

—> Albertine disparue ou la fugitive chez Amazon en livre de poche

 

Le temps retrouvé – Tome 7

972 May

« Les parties blanches de barbes jusque-là entièrement noires rendaient mélancoliques le paysage humain de cette matinée, comme les premières feuilles jaunes des arbres alors qu’on croyait encore pouvoir compter sur un long été, et qu’avant d’avoir commencé d’en profiter on voit que c’est déjà l’automne. Alors moi qui depuis mon enfance, vivant au jour le jour et ayant reçu d’ailleurs de moi-même et des autres une impression définitive, je m’aperçus pour la première fois, d’après les métamorphoses qui s’étaient produites dans tous ces gens, du temps qui avait passé pour eux, ce qui me bouleversa par la révélation qu’il avait passé aussi pour moi. Et indifférente en elle-même, leur vieillesse me désolait en m’avertissant des approches de la mienne. »

—> Le Temps retrouvé chez Amazon en livre de poche

 

La fin de la jalousie et autres nouvelles

973 May

Mondains, voluptueux et cruels, les personnages de ces nouvelles de Proust virevoltent avec un raffinement qui annonce les héros d’À la recherche du temps perdu.

—> La fin de la jalousie et autres nouvelles chez Amazon en livre de poche

 

 

Le Plaisir et les Jours suivi de l’Indifférent

974 May

« Nouvelles mondaines, histoires tendres, vers mélodiques, fragments où la précision du trait s’atténue dans la grâce molle de la phrase, M. Proust a réuni tous les genres et tous les charmes. Aussi les belles dames et les jeunes gens liront avec un plaisir ému un si beau livre. » Léon Blum

« Il n’est pas simple de louer M. Marcel Proust : son premier livre, ce Traité des Plaisirs et des Jours, qu’il vient de publier, marque une si extrême diversité de talents que l’on peut être embarrassé d’avoir à les noter tous à la fois chez un aussi jeune écrivain. Il le faut cependant. Il faut même avouer que ces dons si variés ne se contrarient point, mais, au contraire, forment un assemblage heureux, brillant et facile. » Charles Maurras

—> Les Plaisirs et les jours, suivi de « L’Indifférent » chez Amazon en livre de poche

 

Sur la lecture

975 May

La réminiscence d’une journée de vacances sert de prélude à ce prélude. Dans ce petit texte, à l’origine préface de Sésame et les Lys de Ruskin, Proust se laisse bercer par le souvenir de ses lectures d’enfance.

Entre voyage culturel et rêve sensoriel, le lecteur est entraîné dans un sillage à peine marqué, presque évanoui sitôt le mot lu, guidé au cours d’une promenade tout en confidence où il apprend que Proust conteste à la lecture le statut de geste de communication spirituelle que Ruskin lui confère. Si, pour Proust, la lecture opère bien le miracle de la communication au sein de la solitude, elle demeure pourtant au seuil de la vie spirituelle et ne saurait s’y substituer.

La démonstration se déploie au gré de la mémoire, nourrie de quelques auteurs et de quelques peintres dont le souvenir affleure et dont le nom est chuchoté. De cet ouvrage de critique intimiste, le lecteur retiendra un murmure, une qualité, et le plaisir d’avoir appris à lire.

—> Sur la lecture chez Amazon

 

Ecrits sur l’Art

976 May

Ce recueil est le chaînon manquant entre Jean Santeuil et La Recherche du temps perdu. Une exquise vision de l’art, étonnamment moderne, pas du tout dépassée, ni même surannée. Un esprit libre.

—> Ecrits sur l’art chez Amazon en livre de poche

 

Correspondance

977 May

Marcel Proust fut un correspondant maniaque. Dès l’enfance, puis dans le monde, à l’époque du Santeuil et de Ruskin, pendant la genèse du Contre Sainte-Beuve et de la Recherche, au cœur même de la Grande Guerre, jusqu’à sa mort en 1922, sans trêve, il a écrit : à ses proches, à sa famille, à ses amis, aux défenseurs de ses livres, à ses ennemis et aux indifférents, à toute une foule d’experts de choses d’art et d’amour, de coquetterie et de finance… Les milliers de lettres qu’il a laissées traitent des sujets les plus variés – souvenirs et confidences intimes, impressions de lectures, négociations avec les éditeurs, commentaires de l’actualité politique ; elles contiennent aussi, à l’état d’esquisses, nombre d’épisodes et de motifs qui alimentent la Recherche. Cette édition rassemble une centaine de lettres écrites par Proust de l’âge de quinze ans à ses derniers jours ; par la diversité du ton, des formes et des postures qu’il y adopte, elles offrent un éclairage irremplaçable sur celui qui, à l’en croire, était moins écrivain qu' » écriveur « .

—> Correspondance chez Amazon en livre de poche

 

Jean Santeuil

978 May

« Puis-je appeler ce livre un roman ? C’est moins peut-être et bien plus, l’essence même de ma vie, recueillie sans y rien mêler, dans ces heures de déchirure où elle découle. Ce livre n’a jamais été fait, il a été récolté. Et ce n’est pas une excuse pour ma paresse. J’aurais pu le protéger des orages, travailler la terre, l’exposer au soleil et, si je peux le dire, mieux situer ma vie. Dès que la vue de la nature, la tristesse, ces rayons qui par moments, sans que nous les ayons allumés, luisent sur nous, me déliaient pour un instant des glaces de la vie mondaine… »

Marcel Proust, Jean Santeuil.

De cette récolte, il reste une grande part de mystère : plus de mille pages manuscrites retrouvées dans un garde-meuble, « oubliées » en quelque sorte par Proust et exhumées en 1952. Parce que ce roman de jeunesse – Proust a entre vingt-cinq et vingt-huit ans quand il l’écrit – reste inachevé, dans l’ombre écrasante d’À la recherche du temps perdu, il est rarement lu par les proustiens eux-mêmes. Pour nous, qui sommes aujourd’hui de plus en plus sensibles à la liberté et à la force des esquisses, ces pages, éditées ici au plus près du manuscrit, offrent la découverte d’un livre inconnu où le génie naissant éclate à chaque phrase.

—> Jean Santeuil chez Amazon

 

Carnets 1, 2, 3, 4

979 May

Transcription intégrale et annotée des quatre petits carnets qui ont accompagné Proust dans la création de la Recherche, de 1908 à 1918.

—> Carnets 1, 2, 3, 4 chez Amazon

 

 

A la recherche du Temps perdu en coffret

980 May

 

—> Marcel Proust, Coffret en 2 volumes : A la recherche du temps perdu : Tome 1, Du côté de chez Swan, A l’ombre des jeunes filles en fleurs, Le Côté de … Prisonnière, La Fugitive, Le Temps retrouvé chez Amazon

 

La Pléiade

981 May

 

—> Marcel Proust dans la Pléiade

 

 

Laisser un commentaire