custom-header

Emily Dickinson

Emily Dickinson

371 Apr

 

  Les livres d’Emily Dickinson chez Amazon

 

 

 Car l’adieu, c’est la nuit

 

372 Apr

Celle qui a tant écrit sur l’adieu a dit adieu au monde il y a cent vingt ans, léguant à d’hypothétiques lecteurs, tandis qu’une mouche venue de ses propres poèmes cognait contre la vitre de sa chambre, « la part d’elle transmissible » : une longue lettre sans signature, composée de centaines de feuillets déposés dans un coffret au fond d’un tiroir de commode. Un tendre et solennel héritage à partager. Une énigme à résoudre par les générations à venir. Ce mode de transmission suffit à lui seul à distinguer Emily Dickinson des autres poètes, et même d’un Pessoa qui a laissé la plus grande partie de ses œuvres à la postérité dans des circonstances un peu analogues. Le poète portugais jouissait de son vivant d’une certaine notoriété. Emily Dickinson, tout entière réfugiée dans ses écrits, n’en avait pour ainsi dire aucune. Elle livrait avec une rare confiance ce qu’elle avait de plus cher aux mains « aveugles » des générations futures.

 

—> Car l’adieu, c’est la nuit chez Amazon en livre de poche

 

Lieu-dit, l’éternité

 

373 Apr

Ce volume réunit plus de cent cinquante poèmes de L’une des plus grandes poétesses du XIXe siècle. Hantée par le néant, Emily Dickinson n’a eu de cesse de questionner La nature, la folie, la foi, l’amour et la mort. Sa poésie, habitée de fulgurances mystiques, joue autant de la gravité que de l’ironie, de l’émerveillement que de la dérision, mêlant sentiments intimes et thèmes universels avec une audace stylistique et rythmique d’une modernité saisissante.

 

—> Lieu-dit, l’éternité : Poèmes choisis chez Amazon en livre de poche

 

Quatrains et autres poèmes brefs

 

374 Apr

 

Il a fallu longtemps pour que la stature d’Emily Dickinson (1830-1886) émerge du linceul charmant où l’avait enroulée sa génération en tissant le mythe, au parfum de scandale, de l’amoureuse frustrée (d’un homme marié, pasteur de surcroît !) et de l’excentrique recluse de la petite ville d’Amherst. On n’a d’abord vu que ce que l’on était disposé à voir : un poète délicat, amoureux des oiseaux, des abeilles, des fleurs et des papillons, peut-être à la rigueur de l’amour, un poète «féminin». La violence, l’âpreté, la rébellion, les passions humaines qui soulevaient Emily au-dessus des normes de son temps et de son sexe, et que lui renvoyaient comme en éclats les drames de Shakespeare, son compagnon favori avec la Bible et le dictionnaire Webster, les autres passions plus métaphysiques – la déréliction et l’extase, l’angoisse et la joie -, le questionnement religieux, la pensée subversive, l’humour espiègle et l’ironie tranchante, les fulgurances de l’écriture, le travail constant sur les mots et le jeu avec les mots furent ignorés des premiers éditeurs.Claire Malroux a choisi de rassembler l’ensemble des quatrains jusqu’ici publiés séparément. Ce choix ne doit rien au hasard, car cette forme brève a accompagné le poète tout au long de sa vie et permet ainsi d’appréhender tout son parcours, y compris en ce qu’il a de plus singulier : la diffusion des œuvres d’Emily Dickinson par voie épistolaire, puisqu’elle n’a pratiquement rien publié de son vivant.

  

—> Quatrains et autres poèmes brefs chez Amazon en livre de poche

 

Y-aura-t-il pour de vrai un matin ?

 

375 Apr

 

Emily Dickinson a vingt-huit ans lorsqu’elle décide de s’adonner entièrement – sinon publiquement – à sa vocation de poète apparue pendant son adolescence, si l’on en croit les lettres écrites huit ans plus tôt à ses amies. À l’une en particulier, elle parle de son attirance pour ce qu’elle ne nomme pas mais perçoit d’emblée comme une force rivale de la religion, la poésie : «J’ai osé accomplir des choses étranges – des choses hardies, sans demander l’avis de personne – j’ai écouté de beaux tentateurs…» 
Qui est cette jeune femme mystérieusement préparée à un rôle auquel elle sacrifie bientôt la normalité de l’existence, vivant de plus en plus retranchée de la société, consacrant tout le temps que lui laisse sa participation aux tâches familiales – celles d’une grande maisonnée bourgeoise – à délivrer le chant qui l’habite ? Qui considérera de plus en plus la poésie comme le seul instrument de salut, la seule arme pour lutter contre les tourments et la finitude de la vie, le seul espoir sûr d’éternité face à celui, beaucoup plus hypothétique à ses yeux, de l’au-delà ?
Sont rassemblés ici des poèmes, de jeunesse comme de la maturité, qui complètent parfaitement l’autre ensemble poétique majeur : Une âme en incandescence.
Il y a toujours chez Emily Dickinson, à quelque période que ce soit, des fulgurances, des poèmes se détachant brusquement des autres, des pics vertigineux parmi des montagnes plus modestes ou même des collines. Et elle est capable de passer d’un instant à l’autre de la dépression à l’exaltation et réciproquement.

 

—> Y aura-t-il pour de vrai un matin chez Amazon

 

Une âme en incandescence

 

376 Apr

 

—> Une âme en incandescence. Cahiers de poèmes 1861-1863 chez Amazon

 

Lettres aux amies et amis proches

 

377 Apr

 

Claire Malroux a rassemblé en un seul volume les correspondances féminines et masculines publiées il y a quelques années. Ces correspondances ont un point commun : elles ont poussé Emily Dickinson à forger une prose aussi incandescente que sa poésie, à créer une forme littéraire sans équivalent. Un entrelacement de prose haussée au niveau de la poésie, et de poésie, tantôt ramenée presque au niveau de la prose, tantôt culminant en fulgurations ou éblouissantes condensations. On pourrait parler de texte-Centaure, ou plutôt de texte-Pégase, dont le corps de prose-cheval battrait au rythme d’ailes de poésie. Lettres de haut vol, donc, gardant intacte, au travers d’émotions contradictoires ou de surprenants messages, la force du secret d’où procède toute l’oeuvre.

 

—> Lettres aux amies et amis proches chez Amazon

 

Avec amour, Emily

 

378 Apr

 

—> Avec amour, Emily chez Amazon

 

Poésies complètes, édition bilingue

 

379 Apr

Emily Dickinson (1830-1886) n’est pas seulement l’un des plus grands poètes américains : c’est aussi un personnage mythique. Toujours vêtue de blanc, cette femme mystérieuse, à l’âge de trente ans, se mura à jamais dans la demeure familiale d’Amherst, son village natal, en Nouvelle-Angleterre, et passa le reste de sa vie à contempler le monde depuis sa fenêtre. Lorsqu’un ami lui rendait visite, il lui arrivait même de refuser de sortir de sa chambre pour l’honorer de sa présence. Celle que ses proches surnommaient la « poétesse à demi fêlée » ou la « reine recluse » n’avait qu’une obsession : écrire – elle a laissé des milliers de lettres et de poèmes. Ironie de l’histoire : sur les deux mille poèmes ou presque que nous lui connaissons, six seulement furent publiés de son vivant. Les autres ne furent découverts qu’à sa mort. L’oeuvre poétique complète d’Emily Dickinson était jusqu’à présent inédite en France : cette traduction par Françoise Delphy, fondée sur l’édition définitive des poèmes de Dickinson publiée aux Etats-Unis en 1999, entend donner à découvrir au public français, en version intégrale et bilingue, la poésie de cet écrivain hors du commun.

  

—> Poésies complètes : Edition bilingue français-anglais chez Amazon

 

 

 

Laisser un commentaire