custom-header

Georges Perros

Georges Perros

869 May

 

Les livres de Georges Perros chez Amazon

 

Papiers collés – Tome 1

870 May

Volontairement, paresseusement, éperdument, Georges Perros note. Bribes et morceaux ; fulgurations, colères, angoisse, apaisement, selon l’humeur, la lecture, le lieu, bref, comme tout le monde vit : par moments, par éclairs, par éclats.

—> Papiers collés (Tome 1) chez Amazon en livre de poche

 

Papiers collés – Tome 2

871 May

—> Papiers collés (Tome 2) chez Amazon en livre de poche

 

Papiers collés – Tome 3

872 May

—> Papiers collés (Tome 3) chez Amazon en livre de poche

 

Une vie ordinaire

873 May

Beaucoup pensent aujourd’hui que la poésie n’a rien de simple, que la lecture en est le plus souvent difficile et laborieuse… En revanche, biographies et autobiographies sont à la mode, emportées dans ce mouvement de fascination pour la « réalité » de tout-un-chacun qui imprègne notre modernité. Voilà ce me semble un ouvrage propre à réconcilier ces deux genres, le roman-poème de Georges Perros, écrit en 1964 mais qui parle de la « vie ordinaire » comme le dit si bien son titre, de celle d’un homme, de l’enfance à l’âge mûr, de la mère à la paternité… Le fil de la vie se déroule sous nos yeux, tendu dans la quête de soi-même, soutenu par le rythme des vers. En toute artificialité, en toute simplicité.

—> Une Vie ordinaire chez Amazon en livre de poche

 

Poèmes bleus

874 May

« Il est souvent question de Bretagne, dans ce petit livre. J’aimerais qu’on ne s’y trompe pas. C’est simplement le nom que je donne à certaines de mes obsessions, tout à fait absurdes. Ce que m’a donné la fréquentation assez poussée de ce pays ne tient pas à ma présence « effective » au bord de la mer. Je reste persuadé que tout ce qui émeut l’homme peut se déclarer n’importe où, et singulièrement entre quatre murs neutres et nus. La Bretagne est l’anecdote de ma quête, qui reste tentative d’expulsion. Je me souhaite cette promotion, évidemment poétique, avant de mourir. Elle ne me semble qu’à l’état larvaire. Mais on va continuer. » Georges Perros.

—> Poèmes bleus chez Amazon

 

Pour ainsi dire

875 May

 » J’écris comme je me mouche. Ce n’est pas écrire. Ça fait de l’accumulation, et ne devrait pas être publié. C’est pas un livre. Ça pourrait être retrouvé, à la rigueur, quand je serai claqué. Dans une valise, y’aurait ces choses-là et quelqu’un dirait :  » Tiens, on va regarder ce qu’il y a là-dedans.  » Ce serait posthume. On publierait un petit bouquin. C’est de

cet ordre-là.  » On a regardé ce qu’il y avait là-dedans, il y avait des notes, de l’accumulation comme il dit, et on en a fait un petit bouquin, posthume. Et là-dedans, il y avait surtout Georges Perros, il y avait ses Papiers collés dont le petit bouquin est comme un supplément, un complément, un ultime opus. Il y avait aussi la preuve que Georges Perros s’était trompé, que ce qu’il faisait comme il se mouche, c’était bien écrire et que le petit bouquin est bien un livre.

—> Pour ainsi dire chez Amazon en livre de poche

 

J’habite près de mon silence

876 May

Georges Perros était poète et, comme la plupart des poètes, il se souciait fort peu de recenser ses oeuvres. Il les donnait à des revues, les envoyait à ses amis ou les offrait pour la fête des mouettes de Douarnenez… Nous avons rassemblé tous ces poèmes, oubliés ici ou là.

—> J’habite près de mon silence chez Amazon 

 

La pointe du raz dans quelques uns de ses états

877 May

—> La pointe du raz dans quelques-uns de ses états chez Amazon

 

Graver sur le mur du vent

879 May

Georges Perros a voulu graver partout des signes et des lettres aussi impalpables que le vent. Il a voulu tracer, sur tout, des mots et des notes aussi insaisissables que l’eau. Georges Perros, en écrivant, a pris conscience qu’il n’y avait rien sous la main, sous la main qui trace les lettres et les mots et que tout n’existe que sous le soleil, éphémère, mais que rien n’est réel dans la nuit éternelle. La main n’a tracé que ce qu’elle ne pouvait pas toucher, et elle l’a tracé à cause des yeux qui la dirigeaient, à cause de la lumière qui l’éblouissait. La main qui écrit ne sait pas se relire, comme si les yeux se servaient d’elle pour lui faire écrire ce qu’ils voulaient, ce qu’elle n’aurait peut-être jamais écrit elle-même, ce qu’ils ne pouvaient pas écrire eux-mêmes. Avec Georges Perros, la main ne s’est pas trompée. Aveugle, elle a écrit ce qu’elle devait écrire dans sa nuit. Ses mots existent même sans nos yeux et le soleil. Les signes que les mains et les doigts ne voient pas, que le corps ne sent pas, que la mort ne comprend pas, ont été tracés partout, écrits sur tout. Les mots intouchables sont devenus des notes sous les mains, des sons dans la pensée. Tout entre dans notre tête, dans sa mémoire, comme un air nouveau qui ferait mieux respirer notre cerveau. Lire Georges Perros et relire ce que sa main a écrit, ce que sa main a pensé et recouvrir ce qui nous entoure sans rien recouvrir, comme si sa main qui avait écrit avait été transparente et qu’elle avait enveloppé le monde de ses mots et de ses notes, sans rien toucher jusqu’à laisser le monde intact.

—> Graver sur le mur du vent chez Amazon en livre de poche

 

L’occupation et autres textes

880 May

—> L’occupation et autres textes chez Amazon

 

Dessiner ce qu’on a envie d’écrire

882 May

Lettre de Geroges Perros à Michel Butor

« Je m’exténue en petits dessins. Ça ne fait pas de mal, ou bien, à personne. Mais je me sens si bien tout seul dans ma turne. Un vrai salaud !
Je suis toujours ce que je vais devenir
Ne pouvoir écrire que sous forme de notes, c’est être voué au perpétuel recommencement, l’une chassant l’autre. D’où quand rien ne vient : le désespoir, et l’envie d’être peintre, par exemple. »

     C’est un aspect totalement méconnu de l’œuvre de Georges Perros  : il dessinait.
Une passionnante exposition réunit pour la première fois un ensemble de plus de cent oeuvres : peintures, dessins, gravures, correspondances illustrées…
Elle est accompagnée de la publication d’un ouvrage, co-édité avec les éditions Finitude, réunissant des textes sur l’art et des reproductions de la plupart des oeuvres exposées.

—> Dessiner ce qu’on a envie d’écrire : oeuvres graphiques chez Amazon

 

 

 

Laisser un commentaire