custom-header

Jules Barbey d’Aurevilly

Jules Barbey d’Aurevilly

 

184 Apr

 

 Les livres de Jules Barbey d’Aurevilly chez Amazon

 

Les diaboliques

185 Apr

Barbey d’Aurevilly nous offre ici, dans un parfum scandaleux délicieusement suranné, 6 nouvelles sur la passion, toujours entière, excessive et vorace, dans laquelle une femme insensible et distante en apparence se révèle brusquement brûlante et exaltée dans l’intimité, se perdant (au sens ancien) corps et âme dans la passion la plus totale.

« Quant aux femmes de ces histoires, pourquoi ne seraient-elles pas les Diaboliques ? N’ont-elles pas assez de diabolisme en leur personne pour mériter ce doux nom ? Diaboliques ! il n’y en a pas une seule ici qui ne le soit à quelque degré. Il n’y en a pas une seule à qui on puisse dire le mot de « Mon ange » sans exagérer. Comme le Diable, qui était un ange aussi, mais qui a culbuté, – si elles sont des anges, c’est comme lui, – la tête en bas, le… reste en haut ! »

 

—> Les Diaboliques chez Amazon en livre de poche

 

L’ensorcelée

186 Apr

Les lendemains de la Chouannerie. Dans une atmosphère de campagne barbare où interviennent des pâtres jeteurs de sorts et des vieilles femmes hantées par le souvenir de leurs débauches, Jeanne Le Hardouey, une aristocrate claudélienne mésalliée d’âme et de corps à un acquéreur de biens nationaux, est ensorcelée par un prêtre, l’abbé de La Croix-Jugan qui a tenté de se suicider par désespoir de la cause perdue et dont le visage monstrueux porte la trace des tortures que lui ont fait subir les Bleus. « J’ai tâché, disait Barbey, de faire du Shakespeare dans un fossé du Contentin. » On trouvera Jeanne noyée dans un lavoir et Jéhoël de La Croix-Jugan sera tué d’une balle inconnue au moment où, relevé d’interdit, il célèbre sa première messe dans l’église de Blanchelande. Au lecteur de découvrir le meurtrier.

 

—> L’Ensorcelée chez Amazon en livre de poche

 

 

Une vieille maîtresse

 

187 Apr

 

« Un roman vécu où il y a du sang coagulé » disait de ce livre Barbey d’Aurevilly. Le séduisant Ryno de Marigny, « scandale vivant du faubourg Saint-Germain « , épouse la belle Hermangarde  » au teint pétri de lait et de lumière ». Le couple s’établit en Normandie dans le Cotentin, région aux paysages violents et contrastés entre la lande et la mer. Mais la Vellini, ancienne maîtresse du jeune homme, réapparaît : « Tu passeras sur le cœur de la jeune fille que tu épouses pour me revenir « , lui avait-elle prédit lors de leurs adieux. Commence alors la lente désagrégation du bonheur ou de son apparence. La Vellini impose de nouveau sa loi, celle de l’amour tragique, exclusif et destructeur. Elle vaincra. Avec ce roman Barbey donne une magnifique illustration de ses thèmes fondateurs et de sa philosophie de la vie. On ne peut être fidèle qu’à ce qui est sa propre origine. Il est impossible d’échapper au destin qui dicte sa loi. Catherine Breillat, qui vient d’adapter au cinéma cette terrible histoire, signe la préface de cette édition. dans laquelle elle souligne toute la modernité de ce roman.

 

—> Une vieille maîtresse chez Amazon en livre de poche

 

 

Une histoire sans nom suivi de trois nouvelles

 

188 Apr

Il prit sur la table à écrire la cire argent et azur et un cachet. Jamais bourreau ne s’était servi d’instruments plus mignons. Le cachet, où était artistement gravée une mystérieuse devise d’amour, était un superbe onyx que lui, Dorsay, avait donné à Hortense dans un temps où la devise ne mentait pas. Il présenta à la flamme de la bougie la cire odorante, qui se fondit toute bouillonnante, et dont il fit tomber les gouttes étincelantes là où l’amour avait épuisé tout ce qu’il avait de nectar et de parfums.La victime poussa un cri d’agonie et se souleva pour retomber. Dorsay, intrépide et la main assurée, imprima sur la cire bleue et pailletée qui s’enfonçait dans les chairs brûlées le charmant cachet à la devise d’amour !

 

—> Une histoire sans nom, suivi de « Une page d’Histoire », « Le Cachet d’onyx » et « Léa » chez Amazon en livre de poche

 

Un prêtre marié

 

189 Apr

 M. Barbey d’Aurevilly est une des plus fortes vocations littéraires que je sache ; et sa maîtresse faculté, sa plus belle force, son plus grand souffle, à lui, c’est l’Expression, c’est-à-dire le don de l’irrésistible éloquence… L’enthousisme flambe continuellement dans ce livre et promène sur toutes les pages sa terrible langue de feu, ondoyante et multiple… 

 

—> Un prêtre marié chez Amazon en livre de poche

 

Le bonheur dans le crime

 

190 Apr

 

J’avoue me complaire dans cette littérature. Peut-être parce que Barbey est un de ces « réacs » aussi impitoyables pour l’incurable sottise des conservateurs que pour la suffisance des sectateurs du « progrès ». Comme moi, il a une tendresse désemparée pour une catholicité à la française en voie avancée de dépérissement. Comme moi, il aime une France d’imagerie, proustienne en quelque sorte, recluse hors du siècle dans ses châteaux de rase campagne. Comme moi, la province lui inspire un mélange d’appétence et d’exaspération. Bref, il use de la nostalgie comme d’une « vieille maîtresse », titre de son roman le plus magique. C’est un sceptique démodé; dans un tel récit où le passé s’effeuille comme un vieux grimoire, je trouve je ne sais quel parfum suranné qui tranche artistiquement avec cet hymne paradoxal à la passion amoureuse. En le relisant, je me revois errant autour de Valognes, dans le bocage du Cotentin, en quête de fantômes que sa plume a su faire éclore. Pour moi en tout cas.

 

—> Le Bonheur dans le crime chez Amazon en livre de poche

 

 

 

Laisser un commentaire