custom-header

Karen Blixen

Karen Blixen

209 Apr

 

 Les livres de Karen Blixen chez Amazon

 

 

 

La ferme africaine

 

210 Apr

 

Qui ne sait pas que La Ferme africaine est une grande histoire d’amour ? Mais, contrairement à ce que laisse supposer le superbe film de Sydney Pollack (Out af Africa), on sait moins que le plus grand amour de Karen Blixen est l’Afrique. Avant même Denys Finch Hatton, le chasseur d’éléphants, cet « homme au coeur pur » qui écoute inlassablement ses histoires, le coeur de Karen Blixen bat pour les splendeurs ocres du continent africain et la noblesse de ses habitants. Pour preuve, les denses descriptions dignes de la plus belle prose poétique et ces curieuses « Notes d’une émigrante » insérées en deuxième partie du roman, carnets d’impressions et de souvenirs qui nous plongent plus profondément encore dans l’âme africaine.

 » Quand le souffle passait en sifflant au-dessus de ma tête, c’était le vent dans les grands arbres de la forêt, et non la pluie. Quand il rasait le sol, c’était le vent dans les buissons et les hautes herbes, mais ce n’était pas la pluie. Quand il bruissait et chuintait à hauteur d’homme, c’était le vent dans les champs de maïs. Il possédait si bien les sonorités de la pluie que l’on se faisait abuser sans cesse, cependant, on l’écoutait avec un plaisir certain, comme si un spectacle tant attendu apparaissait enfin sur la scène. Et ce n’était toujours pas la pluie. Mais lorsque la terre répondait à l’unisson d’un rugissement profond, luxuriant et croissant, lorsque le monde entier chantait autour de moi dans toutes les directions, au-dessus et au-dessous de moi, alors c’était bien la pluie. C’était comme de retrouver la mer après en avoir été longtemps privé, comme l’étreinte d’un amant.  » Une nouvelle traduction de l’un des titres les plus populaires de la littérature du vingtième siècle, qui se veut fidèle à la musique de Karen Blixen, à sa voix, à son style, unique dans les lettres danoises, et lui rend enfin tout son éclat.

 

—> La ferme africaine chez Amazon en livre de poche

 

Sept contes gothiques

 

211 Apr

 

Karen Blixen (1885-1962) n’est pas seulement l’auteur admirable de La Ferme africaine que popularisa le cinéaste Sydney Pollack avec Out of Africa. Elle écrivit aussi les Sept Contes gothiques qui, en évoquant un XIXe siècle romantique, renoua avec l’esprit du Moyen-Age, ce que l’on appelait le style « troubadour »…   Et voici des jeunes filles déguisées en cavaliers, des sueurs qui s’entretiennent avec le fantôme de leur frère, des vrais et faux cardinaux, des seigneurs qui poursuivent leurs bien-aimées au galop de leurs chevaux, des auberges où de vieux princes boivent des vins aromatiques tout en philosophant avant de se battre en duel avec leur meilleur ami… Ces personnages, Danois comme la grande romancière, voyagent, jonglent avec les paradoxes, discutent d’astronomie, de métaphysique ou d’amour et se précipitent à la poursuite du bonheur, en des pages où se conjuguent poésie, humour, folie, verve et émotion.   « J’ai lu les Sept Contes gothiques. Ils sont étincelants, ciselés avec précision, et chacun fait penser à une oeuvre d’art parfaitement préméditée…  Si je voulais m’arracher à ma propre vie, je me plongerais dans les Sept Contes gothiques. » Carson McCullers

 

—> Sept Contes gothiques chez Amazon en livre de poche

 

Ombres sur la prairie

 

212 Apr

 

Près de trente ans après avoir quitté le Kenya, Karen Blixen se souvient de sa ferme africaine et des gens qu’elle a aimés. Dans ces quatre nouvelles empreintes de nostalgie, où l’on retrouve son style à la fois simple et évocateur, la romancière raconte Farah, son domestique somali qui fut aussi son plus cher ami. Il gérait son quotidien, connaissait ses pensées et ses projets et lui resta fidèle toute sa vie. Elle se souvient aussi comment une lettre de remerciement qu’elle avait reçue du roi du Danemark devint le talisman de la région ; il suffisait de poser le papier sur le corps blessé pour calmer le malade. Avec ses modestes moyens, elle réussissait à guérir les habitants de la ferme qui venaient souvent la consulter et lui témoignaient une reconnaissance sans faille. Enfin, dans son dernier texte, elle évoque son retour au Danemark, où elle commença à écrire des livres, avec succès, tout en continuant à garder des contacts épistolaires avec ses amis africains.Les lecteurs qui ont aimé La ferme africaine retrouveront dans ce recueil de nouvelles ce ton envoûtant, ce charme si particulier à Karen Blixen, et surtout cet amour inconditionnel et sans condescendance qu’elle portait à l’Afrique.

 

—> Ombres sur la prairie chez Amazon en livre de poche

 

Le festin de Babette

 

213 Apr

 

« D’une histoire, elle faisait une essence, de l’essence, elle faisait un élixir, et avec l’élixir, derechef, elle se mettait à composer l’histoire », expliqua un jour Eudora Welty, qui mettait Blixen au panthéon des génies.

 

—> Le festin de Babette et autres contes chez Amazon en livre de poche

 

Saison à Copenhague

 

214 Apr

 

À Copenhague, la saison mondaine commence au Nouvel An. Pendant ces quelques mois, ce ne sont que réceptions et bals où les jeunes gens dansent et rient. Mais pour Ib Angel, éperdument amoureux de sa cousine, la ravissante Adélaïde, ce n’est que souffrance et désespoir…

 

—> Saison à Copenhague chez Amazon en livre de poche

 

 

 

Laisser un commentaire