custom-header

Maurice Maeterlinck

Maurice Maeterlinck

 

3944 May. 27

 

Les livres Maurice Maeterlinck chez Amazon

 

L’oiseau bleu

3945 May. 27

 

 

 

 

 

 

 

 

Tyltyl et Mytyl s’éveillent au seuil d’un grand voyage… Bérylune, petite fée bossue, les envoie quérir l’Oiseau bleu, le seul être capable d’enrayer le niai qui ronge sa fille. Le Pain, le Sucre, l’Eau, la Lumière, la Chatte et le Chien, qu’un diamant a pourvus de la parole, accompagnent les deux enfants dans leur quête.

—> L’oiseau bleu chez Amazon

 

Aglavaine et Sélysette

3946 May. 27

 

 

 

 

 

 

 

 

Méléandre et Sélysette vivent comme frère et soeur depuis quatre années dans un vieux château au bord de la mer, heureux aux côtés de la petite Yssaline et de la grand-mère Méligrane. L’arrivée de la belle Aglavaine, jeune veuve au mystère irradiant et à l’amour infini, chargée d’une tristesse ancienne mais prodigue en bonheur, est pour les personnages le commencement d’un rêve sur l’amour absolu.

—> Aglavaine et Sélysette chez Amazon

 

Petite trilogie de la mort : L’Intruse, Les Aveugles, Les sept Princesses

3947 May. 27

 

 

 

 

 

 

 

 

 Dans la salle d’un vieux château, un vieillard aveugle, entouré de sa famille, devine à des signes imperceptibles l’approche de la mort qui va frapper sa fille. Isolé par sa cécité, l’aïeul a gardé intacte son intuition. Il est le seul à pouvoir interpréter le bruissement des arbres, le silence des oiseaux et des cygnes, l’entrée du froid dans la salle. Plongé dans les ténèbres, il communique avec l’inconnu. L’Intruse, drame en un acte publié en 1890, forme, avec Les Aveugles et Les Sept Princesses (1891), la première partie de ce que Maeterlinck appelait sa ¨petite trilogie de la mort¨. On trouvera ici la première édition critique de cet ensemble qui fit date dans l’histoire théâtrale.

—> Petite Trilogie de la mort : L’Intruse ; Les Aveugles ; Les Sept Princesses chez Amazon

 

Le trésor des humbles

3948 May. 27

 

 

 

 

 

 

 

 

Contemporain des grandes pièce symbolistes. Le « Trésor des humbles » fut, dès sa parution en 1896, un grand succès de librairie. Maeterlinck explore dans ce recueil d’essais quelques-uns des thèmes qui inspirent sa dramaturgie : le silence et l’indicible, le dialogue des âme, le tragique quotidien… Il consacre également son attention aux figures spirituelles qui l’ont marqué profondément, comme Novalis ou Ruysbroeck l’Admirable. S’il aide à mieux comprendre la pensée de Maeterlinck etle courant symboliste, Le « Trésor des humbles », parce qu’il interroge l’inépuisable question de l’être, peut se révéler riche encore d’un secret précieux.

 

—> Le trésor des humbles chez Amazon

 

Serres chaudes – Quinze chansons – La Princesse Maleine

3949 May. 27

 

 

 

 

 

 

 

 

Recueil de poésies.

—> Serres chaudes – Quinze Chansons – La Princesse Maleine chez Amazon

 

Pelléas et Mélisande

3950 May. 27

 

 

 

 

 

 

 

 

¨Une variation supérieure sur l’admirable vieux mélodrame¨, notait Mallarmé à propos de Pelléas, dont l’intrigue, effectivement, peut sembler bien conventionnelle : le Prince Golaud recueille à l’orée d’un bois une jeune fille dont il va faire son épouse. Mais c’est du frère de Golaud, Pelléas, que Mélisande tombe amoureuse, et le destin fatal qui pèse sur les personnages les mènera inévitablement à la désolation. La fable cependant n’est ici que prétexte à dérober au silence ses secrets. Universellement célèbres au début de ce siècle, grâce notamment à l’opéra de Debussy, les ombres de Pelléas et Mélisande nous reviennent dans leur innocence inquiète.

—> Pelléas et Mélisande chez Amazon

 

La vie des abeilles

3951 May. 27

 

 

 

 

 

 

 

Il s’agit du plus célèbre livre de Maurice Maeterlinck. Cet ouvrage fait encore autorité, car le plus documenté sur la vie des abeilles, est fort recherché de nos jours… Écoutons-le :  » Et puis, arrivé à un certain point de la vie, on ressent plus de joie à dire des choses vraies que des choses frappantes. Il convient ici, comme en toute circonstance, de se tenir à ce principe que si la vérité toute nue paraît sur le moment moins grande, moins noble ou moins intéressante que l’ornement imaginaire qu’on lui pourrait donner, la faute en est à nous qui ne savons par encore distinguer le rapport toujours étonnant qu’elle doit avoir à notre être encore ignoré et aux lois de l’univers, et, dans ce cas, ce n’est pas la vérité qui a besoin d’être agrandie et ennoblie, mais notre intelligence. « 

—> La Vie Des Abeilles chez Amazon

 

Trois petits drames pour marionnettes

3952 May. 27

 

 

 

 

 

 

 

 

Un vieillard et un étranger observent à distance le bonheur d’une famille et tardent à leur annoncer la mauvaise nouvelle dont ils sont porteurs. Alladine et Palomides tombent amoureux, enfermés dans les souterrains d’un château. Ygraine se révolte et tente de soustraire le petit Tintagiles à l’emprise d’une reine invisible. Maeterlinck publie en 1894 ces rois petits drames pour marionnettes, triptyque qui remet génialement en cause les conventions dramatiques de son temps. Sa dramaturgie fait le lien entre l’imagination du spectateur et les zones énigmatiques que suggère le texte. Car seul ce non-dit, le  » drame de l’existence elle-même « , importe à Maeterlinck.

—> Trois petits drames pour marionnettes : Intérieur ; Alladine et Palomides ; la mort de Tintagiles chez Amazon

 

 

Laisser un commentaire