Biographie de Bertolt Brecht

 

1843 Jun

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu ».

 

Bertolt Brecht (de son vrai nom Eugen Berthold Friedrich Brecht) est né le 10 février 1898 à Augsbourg en Bavière. D’origine bourgeoise, fils d’un père catholique, dirigeant d’une fabrique de papier, et d’une mère protestante. Il commence à écrire très tôt (son premier texte est publié en 1914) et entame des études de philosophie, puis de médecine à Munich. En 1918, à vingt ans, il est mobilisé à la fin de la Première Guerre mondiale comme infirmier. L’horreur de la guerre aura comme pour les surréalistes français, une grosse influence sur lui. La même année, il écrit sa première pièce, « Baal« , dans un style lyrique qu’il délaissera par la suite. Il chante des écrits pacifistes à Augsbourg, puis à Munich et rompt les liens qui l’attachaient encore à sa famille.


Suivent les pièces « Tambours dans la nuit » en 1919 qui lui vaut le prix Kleist et en 1922, « Spartacus » et « Dans la jungle des villes ». On découvre dans ses premières œuvres, telle que « Baal », des traits de caractère anarchiste. Il est alors très influencé par Erwin Piscator ou Max Reinhardt. Il est engagé comme conseiller littéraire en 1923 à Munich, puis, à Berlin en 1924, il rejoint le Deutsches Theater de Max Reinhardt, avec l’actrice Hélène Wiegel, qui monte ses pièces. La même année Elisabeth Hauptmann devient sa maîtresse et sa collaboratrice. Viennent ensuite « Homme pour homme » (1927) et « Grandeur et décadence de la ville de Mahagony ». Ces pièces provoquent une polémique, jusqu’en 1928 où il crée « L’Opéra de quat’sous » (musique de Kurt Weill), un des plus grands succès théâtraux de la république de Weimar , grâce à un malentendu, lui assure le succès.

À partir de 1930, les nationaux socialistes commencent à interrompre avec véhémence les représentations des pièces de Brecht. Brecht épouse Hélène Wiegel et devient marxiste. L’arrivée au pouvoir des nazis les force à quitter l’Allemagne en février 1933, après que leur domicile fut perquisitionné. L’œuvre de Brecht est interdite et brûlée lors de l’autodafé du 10 mai de cette même année. Il parcourt l’Europe, et en juin 1933 il s’installe au Danemark (à Svendborg à partir d’août 1933). Il écrit et rencontre des amis, dont  Hanns Eisler, Karl Korsch et Walter Benjamin.

En 1935, le régime nazi le déchoit de sa nationalité allemande. Il participe la même année au Congrès international des écrivains pour la défense de la culture, à Paris, et dirige conjointement avec Lion Feuchtwanger et Willi Bredel, la rédaction d’une revue intitulée Das Wort dont le premier numéro paraît en 1936. Le but avoué de cette revue est d’unir l’intelligentsia antifasciste d’Allemagne autour d’un idéal prôné par l’Internationales communiste. Forcé à la fuite en 1939, il s’installe en Suède, puis en Finlande, puis, après une traversée en bateau au départ de Vladivostok, il s’installe en Californie en 1941. Durant cette période, il écrit une grande partie de son œuvre dont « La vie de Galilée »,  « Mère Courage et ses enfants », « La Bonne Ame du Se-Tchouan », ‘La Resistible Ascension d’Arturo Ui » (attaque contre Hitler), « Le Cercle de craie caucasien » et « Petit Organon pour le théâtre« , dans laquelle il exprime sa théorie du théâtre épique et de la distanciation. Parallèlement, il travaille à Hollywood, ce qui le conduit notamment à l’écriture du scénario du film antinazi Les bourreaux meurent aussi (Hangmen Also Die), qui sera réalisé par Fritz Lang en 1943.

Chassé des Etats-Unis en 1947 en raison du maccarthysme, il se rend alors en Suisse. Les Alliés lui refusant le visa qui lui aurait permis de s’installer en RFA, c’est grâce aux Tchèques qu’il peut rejoindre la RDA. En 1949, il s’installe définitivement à Berlin-Est et fonde avec sa femme le Berliner Ensemble où il exprime ses prises de position socialistes. Il reprend et précise le théâtre épique fondé par Piscator qu’il oriente autour de l’effet de distanciation (Verfremdungseffekt) et qui s’oppose à la tradition d’un théâtre dramatique d’identification. Son théâtre n’étant pas assez conforme aux dogmes du réalisme socialiste, les autorités de la RDA se méfiaient beaucoup de lui. Les communistes lui reprochaient d’être trop « formaliste », trop « cosmopolite » et trop « pacifiste ». Ses pièces péchaient par l’absence de héros ouvriers positifs. De plus, il ne fut jamais membre du Parti socialiste unifié d’Allemagne, le parti unique. En 1950 il obtient la nationalité autrichienne (il était apatride depuis 1935).

Quand le 17 juin 1953 les ouvriers en RDA en vinrent à protester en masse à Berlin (contre la médiocrité de leur niveau de vie, la majoration massive des objectifs de travail et le mauvais fonctionnement des infrastructures, et plus globalement contre le régime), Brecht s’empressa le même jour de faire parvenir à Walter Ulbricht une lettre où il exprimait sa « solidarité avec le Parti socialiste unifié d’Allemagne «  ; il ajouta tout de même qu’il attendait « qu’on discutât avec les masses sur la vitesse avec laquelle il fallait construire le socialisme ». Le même jour il adressa d’autres messages brefs de solidarité à Vladimir Semionovitsch Semionov (l’amitié indestructible avec l’Union Soviétique) et à Otto Grotewohl ainsi qu’à Gustav Just, proposant également d’apporter sa contribution au programme radiophonique actuel.

En même temps, dans un texte dactylographié non publié, Brecht analysait ainsi la situation :

 

 » Les manifestations du 17 juin ont montré le mécontentement d’une partie considérable des ouvriers de Berlin à la suite d’une série de mesures économiques manquées. Des éléments fascistes organisés ont essayé d’abuser de ce mécontentement pour arriver à leurs fins meurtrières. Pendant plusieurs heures Berlin s’est trouvé au bord d’une troisième guerre mondiale. Seule l’intervention rapide et décisive des troupes soviétiques a permis de déjouer cette tentative. Il allait de soi que cette intervention des troupes soviétiques n’était nullement dirigée contre les manifestations ouvrières. Elle visait exclusivement ceux qui essayaient d’allumer dans le monde un nouvel incendie. Il appartient maintenant, à chacun de son côté, d’aider le gouvernement à éliminer les erreurs qui sont à l’origine du mécontentement et qui mettent gravement en péril nos importants acquis sociaux, qui sont indubitables. »

 

Brecht voyait la cause des grèves dans la tentative du gouvernement « d’accroître la production en augmentant les normes de rendement sans contrepartie appropriée ». On a instrumentalisé les artistes pour en faire des propagandistes de ce projet : « On a accordé aux artistes un niveau de vie élevé et aux ouvriers on l’a seulement promis ». Brecht voyait comme solution alternative un changement réel de la sphère de production.

Brecht concluait sa lettre à Ulbricht par un message de solidarité envers le parti, dans lequel certains biographes voient une simple formule de politesse. Cependant, c’est seulement ce message de solidarité que le gouvernement publia dans le Neues Deutschland du 21 juin 1953, contre son gré, ce qui discrédita Brecht. Il essaya de rectifier l’impression qu’avait donnée la partie publiée de sa lettre. Dans un texte titré « Urgence d’un grand débat », il prit position à côté d’autres auteurs dans le Neues Deutschland du 23 juin 1953. Après avoir proclamé son orthodoxie dans une introduction où il dénonçait l’abus des manifestations « à des fins bellicistes », il réclamait une nouvelle fois une « grande discussion » avec les ouvriers, « qui ont fait savoir un mécontentement légitime ». En octobre 1953, Brecht communiqua aux journalistes de RFA la lettre complète envoyée à Walter Ulbricht, et y fit publier « Urgence d’un grand débat ».

Par ailleurs, il écrivit un poème, « La Solution », qui disait : « J’apprends que le gouvernement estime que le peuple a trahi la confiance du régime et devra travailler dur pour regagner la confiance des autorités. Dans ce cas, ne serait-il pas plus simple pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? ».

À l’époque, c’était pour Brecht l’écroulement de tout un monde. Le coup l’avait bouleversé. Des témoins oculaires nous rapportent qu’à ce moment, ils l’auraient vu vraiment désemparé ; longtemps, il porta sur lui une copie de la lettre fatale et il la montrait à des amis et à des connaissances pour essayer de se justifier. Mais il était trop tard. Brutalement les théâtres de l’Allemagne de l’Ouest, les plus fidèles qu’il avait à côté de ses propres théâtres – retirèrent ses pièces des répertoires, et il fallut longtemps jusqu’à ce que ce boycott se relâchât.

Devenu une figure quasi-officielle du régime de la RDA, il obtient le prix Staline international pour la paix en 1955. 

En 1956 Bertolt Brecht meurt d’une thrombose coronarienne à Berlin-Est. Il existe une hypothèse de poids selon laquelle il aurait reçut un traitement médical délibérément mortel pour son affection, fait dans lequel aurait put être impliqué la Stasi.

Son style a toujours été lié à des motivations politico-historiques mais sans oublier l’importance de l’esthétique. Le théâtre épique qu’il proposait et créait avait comme objectif de réveiller la conscience autant du public que des acteurs pour qu’ils pensent et réagissent. Il soutenait toujours que le théâtre pouvait changer le monde. Il rejetait le romanticisme et le sentimentalisme car il ne voulait pas de larmes gratuites et il pensait que la vie était déjà suffisamment tragique.

De lui il nous reste aussi beaucoup de citations pour l’histoire qui continuent d’être utilisées pour réveiller les consciences, comme celle-ci : « Il y a des hommes qui luttent un jour et ils sont bons, d’autres luttent un an et ils sont meilleurs, il y a ceux qui luttent pendant de nombreuses années et ils sont très bons, mais il y a ceux qui luttent toute leur vie et ceux-là sont les indispensables ».

 

 

Le Berlin de Brecht

 

Une pierre dressée pour lui, une pierre ronde pour elle, devant un parterre d’arbustes rampants. Bertolt Brecht (1898-1956) et son épouse Helene Weigel (1900-1971) sont enterrés au cimetière Dorotheenstadt de Berlin. Le dramaturge voulait une tombe « où tous les chiens auraient envie de pisser ».

Du cimetière à la dernière maison habitée par le poète, de 1953 à sa mort, il n’y a que quelques pas (Chausseestrasse 125). Brecht écrit en 1954 qu’il habite désormais près des tombes des philosophes Hegel et Fichte: « Mes fenêtres donnent toutes sur le parc du cimetière. Il n’est pas sans gaîté ». Cet appartement montre surtout un résumé saisissant du méli-mélo d’influences qui ont irrigué son oeuvre. Sur son pupitre, deux daguerréotypes de Marx et Engels. Accrochées à un mur, les figures de Marie et Joseph (Brecht a recommandé la Bible pour la puissance de ses images). Affiché sur un autre, une tête de Confucius. Des étagères de romans policiers, rapportés des années d’exil aux Etats-Unis tandis que les nazis avaient pris possession de Berlin.

Dans la cave, un restaurant propose une approche gustative de Brecht: les petits plats que Helene Weigel lui cuisinait. Actrice, intendante du théâtre de son mari, mais aussi femme d’intérieur, elle a laissé un livre de notes, renfermant une centaine de variations sur la cuisine de son pays, l’Autriche. Steffen Menzel, le patron depuis 1990, sert les « essais » d’Helene Weigel sur un lit d’anecdotes. « Brecht était plutôt porté sur les sucreries. Pour lui faire manger de la viande, Helene Weigel avait imaginé d’accompagner le boeuf bouilli d’une sauce à l’abricot ».

De la maison du poète au théâtre le plus lié à son nom, le Theater am Schiffbauerdamm, il n’y a guère que dix minutes à pied, en traversant le quartier de Mitte, en pleine rénovation. Dans cet ancien théâtre de variété, Brecht fit en 1928 la première représentation de « l’Opéra de quat’sous » et son premier triomphe. Avec ses débordements de dorures, ses angelots, ses cariatides aux seins gonflés, aucune salle ne pouvait opposer un contraste plus marqué avec les miséreux mis en scène par Brecht, son théâtre clair et rigoureux. Le poète aimait cette distance entre la scène et le public. Après-guerre, lorsqu’il choisit de s’installer dans la moitié communiste de Berlin, c’est ce théâtre que Brecht convoite et finit par obtenir en 1954 pour y installer sa troupe du Berliner Ensemble. A gauche de la scène, on voit encore l’aigle prussien qu’il fait alors barrer de rouge. Plutôt que de démolir, Brecht montre comment surmonter l’histoire, sans la nier. La leçon aurait pu servir à Berlin ces dernières années, pour traiter avec plus de ménagement les restes des régimes passés.

A quelques pas de là, en face du Deutsches Theater où Brecht fit ses débuts berlinois dans les années 1920, puis revint travailler après la guerre, le choc est brutal: de la salle où Brecht et sa troupe répétaient, il ne reste plus qu’une façade, dressée devant un grand trou. En guise de « souvenir », cette façade sera insérée dans un immeuble moderne en cours de construction. Quelques pas plus loin, sur la Karlsplatz, le coup est encore plus violent. Brecht avait dédié un poème au peuplier de la place en question, miraculeusement resté debout après la guerre quand les Berlinois abattaient les arbres pour se chauffer. Ce poème était si populaire en RDA que les habitants du quartier l’accrochaient aux arbres de la Karlsplatz. En 1998, les peupliers ont été abattus, pour laisser place à des grues. Les habitants ont affiché le poème aux grilles du chantier. Au moment des grands hommages à Brecht, c’est encore une de ses empreintes qu’on efface pour faire place à la nouvelle capitale.

Michael Bienert, guide de promenades littéraires, emmène volontiers les amateurs se balader dans d’autres quartiers de Berlin, explorer par exemple les relations de Brecht avec le régime nazi puis avec celui de la RDA. Dans les archives du poète, ce guide très particulier a débusqué des centaines d’allusions à des lieux berlinois. Il entraîne ses promeneurs de place en place et leur lit textes et poèmes, en situation. Devant le monstrueux ministère de l’Aviation construit par les nazis dans les années 1930, le guide laisse Brecht évoquer ce « palais que Göring s’est fait construire », un « palais aussi grand qu’une ville ». Sans transition, il passe ensuite à l’abondante correspondance entretenue par Brecht, après la guerre, avec cette maison devenue siège des ministères de la RDA.

Le 16 juin 1953, un jour avant la révolte des ouvriers de Berlin-Est, Brecht rappelle au Premier ministre Otto Grotewohl qu’on lui a promis un théâtre: lui confier le Theater am Schiffbauerdamm prouverait au monde sa « loyauté » envers le régime communiste, suggère le poète. « Ça aussi, c’est un texte original de Brecht », plaisante le guide, enchaînant sur une autre requête, plus futile: une lettre de 1955, adressée au ministère de la Culture, demandant l’autorisation d’importer chaque mois 100 bouteilles de bière de Munich.

Du Berlin des années 1920, que Brecht le jeune provincial né en Bavière, à Augsbourg, découvre avec avidité, il ne demeure pas grand-chose. Les cafés, les cabarets que Brecht fréquentait autour du Ku’damm, ont disparu. Reste une lettre, écrite à un ami en 1920 : « Berlin est un lieu merveilleux. Tu ne peux par voler 500 marks quelque part et venir ? ».

 Maison Chausseestrasse 125 :

1915 Jun

1916 Jun

1917 Jun

1918 Jun

1919 Jun

1920 Jun

1922 Jun

1921 Jun

2061 Jul

2062 Jul

2063 Jul

2064 Jul

2065 Jul

2066 Jul

2067 Jul

2068 Jul

2069 Jul

 

 

 Le Keller Brecht :

 

2044 Jul

2046 Jul

2047 Jul

2048 Jul

2049 Jul

2050 Jul

2051 Jul

2052 Jul

2053 Jul

2043 Jul

2054 Jul

 

Ici, tout est « d’époque ». Le mobilier du restaurant n’est autre que celui utilisé après la seconde guerre mondiale dans les pièces du célèbre dramaturge. Les murs sont décorés de photos de celui qui fut tour-à-tour le symbole du bouillonnement culturel sous la République de Weimar, puis celui de la résistance artistique au régime hitlérien. Bertolt Brecht, qui fut aussi la figure quasi-officielle de la RDA, avait investi les lieux en 1953, trois ans avant sa mort. Le metteur en scène appréciait le calme et le romantisme de cette grande maison, située à deux pas du Berliner Ensemble, théâtre qu’il avait lui-même fondé.
Le Restaurant, témoignage d’une époque aujourd’hui révolue, est devenu au fil du temps un lieu incontournable pour les passionnés de littérature ou d’Histoire. Les amoureux du Vieux-Berlin apprécieront à coup sûr la chaleur et l’originalité du lieu.

Cette ambiance d’époque se retrouve également dans les assiettes. Ici, la cuisine est élaborée à partir d’authentiques recettes d’Hélène Weigel. La créativité et l’audace de la célèbre actrice et dernière compagne de Brecht en étonnera plus d’un. Les fines saveurs autrichiennes s’accordent parfaitement avec les incontournables de la cuisine allemande. Les gourmets apprécieront le célèbre Spätzel, accompagné de sa choucroute et de fins lardons, ou le Surschnitzel, escalope de porc marinée, accompagnée de salade et de pommes de terre.

Si le côté chaleureux du sous-sol est particulièrement appréciable durant les longues soirées d’hiver, le restaurant dispose aussi pendant l’été d’une terrasse, située dans la charmante cour intérieure de la maison. N’hésitez pas à réserver : les places sont chères le week-end. Ceux qui se passionnent pour le théâtre de Brecht mais sont mal à l’aise avec la langue maternelle de l’écrivain apprécieront le menu traduit en français.

Site du restaurant Keller Brecht 

 

Le Theater am Schiffbauerdamm :

 

2055 Jul

2056 Jul

2057 Jul

2058 Jul

 

Site du Berliner Ensemble et du Théâtre

 

Le  Deutsches Theater :

 

2059 Jul

2060 Jul

 

Site du Deutsches Theater 

 

Procurez vous des ouvrages de Bertolt Brecht

 

LOCALISATION DE LA MAISON :